Pourquoi faut-il arrêter de nourrir les oiseaux ?

Se promener dans les parcs ou aux abords des étangs et en profiter pour nourrir les oiseaux sauvages est un divertissement largement répandu dans les centres urbains. La commune souhaite rappeler que cette habitude n'est pas sans conséquence et que le nourrissage a un impact négatif non seulement sur la faune sauvage mais aussi sur l'environnement.

Contrairement aux idées reçues, il faut savoir que nourrir les animaux sauvages ne leur est pas bénéfique. En effet, en les nourrissant, nous rendons les animaux dépendants, ils perdent le réflexe de chercher leur nourriture de façon autonome et vont se contenter de ce que nous leur donnons. L'appauvrissement progressif de la diversité de leur alimentation peut engendrer des troubles alimentaires, occasionner des carences et même provoquer des maladies.

Il est donc important d'arrêter de donner du pain aux oiseaux. Cet aliment est inadapté à leurs besoins car il contient trop de sel, ce qui les incite à boire davantage. En gonflant, la mie peut causer un encombrement du tube digestif. En outre, le pain riche en protéines et en glucides favorise l'apparition du syndrome des " ailes d'anges " qui se traduit par une déformation de l'aile et une mauvaise pousse des plumes. L'oiseau n'est dès lors plus capable de voler et sa durée de vie est fortement réduite.

Le nourrissage favorise la reproduction et la concentration des animaux. Une trop grande concentration d'individus peut s'avérer néfaste tant pour la faune que pour le milieu. Elle accroît non seulement la compétitivité pour la nourriture ce qui engendre des comportements violents mais elle augmente aussi le risque de propagation des maladies. Les déjections des oiseaux et les restes de nourriture non ingérés perturbent l'équilibre de l'écosystème aquatique et participent à la détérioration de la qualité de l'eau. L'excès de nutriments provoque une prolifération d'algues et le développement de bactéries pathogènes sources de maladies comme le botulisme. L'apport artificiel de nourriture attire aussi d'autres espèces opportunistes considérées comme nuisibles : rats, pigeons, corneilles noires, chats errants, etc. L'augmentation de ces populations a pour conséquence de déstabiliser l'équilibre des populations d'espèces sauvages.

Dernière modification : 2019-08-13 10:32:22