ixelles.be

Présentation générale d'Ixelles

Ixelles, une des 19 communes de la Région bilingue de Bruxelles-Capitale, s'étend sur 6,34 km² et comptait 81.973 habitants en 2010, soit 12.929 habitants par km².

Ixelles, commune centrale de la Région bruxelloise, jouxtant le coeur historique constitué par la Ville de Bruxelles et séparée en deux par l'avenue Louise.
L'église Notre Dame de la Cambre

Elle comporte 100 km de voies publiques, la plupart gérées par la commune, quelques-unes par la Région. Si vous regardez la carte, vous constaterez que le territoire est coupé en deux. C'est la conséquence de l'expropriation de 1864, qui fit perdre à Ixelles l'avenue Louise et ses proches alentours pour relier directement la Ville de Bruxelles au Bois de la Cambre. Ce vaste domaine public, et nos 13 autres zones de verdure plantées d'arbres font d'Ixelles un espace urbain des plus agréables.

Son histoire la plus ancienne ne se distingue guère de celle des nombreux villages qui, au moyen âge, formaient une sorte de "couronne" autour des villes principales. Ixelles, comme les autres communes entourant Bruxelles et, longtemps, a conservé des institutions largement autonomes et démocratiques.
Au sein de la Région, Ixelles est une commune centrale. Elle jouxte le coeur historique du pays que constitue la Ville de Bruxelles.

Le site de l'abbaye de la Cambre d'après une gravure de 1734

Promenez-vous à Ixelles, vous constaterez que les témoignages du génie des architectes belges y abondent, qu'ils datent du moyen âge (l'abbaye de la Cambre et sa magnifique église) ou d'aujourd'hui. Les demeures privées (dues à Horta, Blérot,...) ne le cèdent d'ailleurs en rien aux bâtiments publics (ancien INR devenu Maison de la Radio, école des Etangs,...) au plan de l'esthétique.

L'entrée de la maison située
au n°38 de l'avenue du
Général de Gaulle, due à
l'architecte Ernest Blérot

En fait, Ixelles a été, dès le XIXe siècle, le centre d'une activité culturelle intense, due, en partie, à la présence de réfugiés politiques fuyant la censure ou la police de leur pays. Accueillante, ouverte, avide de nouveautés et de progrès, notre commune est aussi devenue un lieu d'avant-garde pour les artistes belges de toutes les disciplines. Rarement un territoire aussi réduit a abrité tant de novateurs: la danse, la musique, les arts plastiques, la littérature, le théâtre, le cinéma, tous les domaines de l'activité créatrice ont leur place chez nous.

Les bâtiments de l'INR (dus au génie de l'architecte Joseph Diongre) et le site des étangs d'Ixelles vus depuis l'avenue du Général de Gaulle
Le buste de Maria Malibran
(1808-1836) par Jacques
Jaquet orne la Salle du Conseil
de l'Hôtel communal.
Le bâtiment fut construit
à l'initiative du mari de la
cantatrice, le violoniste
belge Charles de Bériot.

La présence de deux Universités (ULB et VUB) contribue à la vitalité de cette tradition culturelle: la haute qualité de l'enseignement qui s'y donne et de la recherche qui s'y pratique attire les meilleurs esprits, autant que la liberté de pensée qui en constitue la base philosophique. Ces universités ne sont pas implantées dans un désert. Elles vivent au sein d'un tissu économique et social particulièrement dense. Aux brasseries des siècles passés ont succédé quelques grandes entreprises, beaucoup de moyennes et une foule de petites. L'artisanat et le commerce restent l'épine dorsale de notre activité économique, auxquels est venu s'ajouter, depuis plus de 20 ans, le très important secteur des services.

Théodore Verhaegen, fondateur de l'ULB

Un exemple très caractéristique de ce dynamisme commercial est le quartier de la Porte de Namur. Au fil des années, il a beaucoup changé et bien des Ixellois se souviennent avec nostalgie d'un lieu magique, que n'aurait pas renié Jacques Brel. Aujourd'hui, la Porte de Namur offre une bigarrure sociale et culturelle qui lui donne un charme très particulier. On y entend parler une foule de langues, on y mange comme en Afrique ou en Asie, les vêtements y sont colorés, les démarches sont souples et le rythme diffère...

En effet, nos concitoyens vivent leurs différences dans le respect mutuel. A côté du siège du Parlement européen, centre démocratique de l'Union européenne, il y a place, chez nous, pour des groupements à la dimension d'un quartier, ce tissu associatif si riche, qui a acquis, peu à peu, la conscience de son importance et de sa mission.

Dernière modification : 2015-03-20 15:23:21